Bassin Arcachon
bassinarcachon.

Le Bassin d'Arcachon bientôt Parc Naturel Marin ?


Les parcs naturels marins sont en France des structures visant la gestion intégrée, dans un objectif de protection, d'une zone maritime d'intérêt particulier pour la biodiversité et pour les activités humaines.



Le Bassin d'Arcachon bientôt Parc Naturel Marin ?
Régis par la loi n° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux, ils sont créés par décret. Alors pourquoi le Bassin d'Arcachon ? et pour qui ?

Une aire marine protégée (AMP) est un espace délimité en mer, sur lequel est fixé un objectif de protection de la nature à long terme. Cet objectif est rarement exclusif : il est souvent, soit associé à un objectif local de développement socio-économique, soit articulé avec une gestion durable des ressources. 
Une aire marine protégée se caractérise également par un certain nombre de mesures de gestion mises en oeuvre au profit de l'objectif de protection : suivi scientifique, programme d'actions, chartes de bonne conduite, protection du domaine public maritime, réglementation, surveillance, information du public...

Une aire marine protégée : pour quoi faire ?

De multiples raisons peuvent conduire à mettre en place une aire marine protégée. Sans prétendre à l'exhaustivité, les motivations peuvent être :    
 - la protection ou la reconstitution de ressources halieutiques,     
- la protection d'espèces ou d'habitats rares et/ou menacés,     
- la préservation d'un ensemble d'habitats remarquables,     
- la protection de la biodiversité,     
- le maintien des capacités d'écosystèmes clés pour les ressources halieutiques, conchylicoles ou pour des espèces patrimoniales,     
- la gestion durable d'un milieu naturel soumis à de multiples usages,    
- la gestion d'un cadre préservé à forte attractivité touristique,     
- la restauration des milieux dégradés,     
- la mise en place de mesures écologiques compensatoires à des activités destructrices,     
- un espace de référence scientifique,    
- ... 

Un réseau d'aires marines protégées

Au-delà de l'intérêt local, une aire marine protégée joue un rôle au niveau régional, national et international (effet "réserve", migration des oiseaux, frayère...). Le programme international sur les aires marines protégées adopté par la France dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique (CDB)  fait, à ce titre, référence à la constitution de réseaux nationaux et régionaux cohérents, représentatifs et bien gérés. Cet emboitement d'échelle oblige à avoir des stratégies de création et de de gestion des aires marines protégées qui puissent se discuter aux différents niveaux.  
L'organisation d'échanges entre les gestionnaires d'aires marines protégées contribue à la cohérence de l'ensemble. Le forum des gestionnaires d'aires marines protégées en France  et leréseau MedPan  des gestionnaires d'aires marines protégées de Méditerranée sont deux exemples réussis en la matière.    Télécharger la plaquette "Les aires marines protégées"   [Adobe Acrobat PDF - 724.07 KB]

Sur le Bassin d'Arcachon :

depuis 2007, le Parc marin de la Mer d'Iroise sur la pointe Finistère est depuis 2007 le premier parc a avoir été créé. le Bassin d’Arcachon devrait dès la signature d’un arrêté en décembre prochain emprunter le même chemin. Un dispositif qui semble rencontrer de nombreux avis favorables.

En décembre 2008, Jérôme Bignon, président de l’Agence des aires marines protégées venait expliquer aux élus du Bassin d’Arcachon réunis sous l’égide du SIBA (Syndicat intercommunal du Bassin d’Arcachon) les enjeux d’un parc marin. La prochaine étape est attendue pour décembre prochain et doit donner le coup d’envoi d’une étude qui durera plusieurs mois. « Ce serait une bonne chose à condition que les ostréiculteurs et les pêcheurs soient associés à chaque étape du projet ! ». 
Comme la plupart des professionnels du secteur, Jean- Claude Lacoste, le président du syndicat des ostréiculteurs de Gujan-Mestras se dit favorable au classement du Bassin d’Arcachon en parc naturel marin. La perspective ne semble pas rencontrer de résistance du côté des métiers de la mer : «  cela permettra peut-être de surveiller de plus près le nombre de bateaux de plaisance et d’appliquer avec plus de sérieux la réglementation sur les corps morts … ». 


Une phase de dialogue de deux ans

« Nous sommes prêts. Il ne reste plus que la publication d’un arrêté ministériel qui doit engager le processus », déclarait fin octobre Geneviève Rousseau, la directrice de l’Agence des aires marines protégées, établissement public ayant en charge la gestion de ces nouveaux parcs (à terme une trentaine d’agents payés par l’Etat pourraient y travailler) : « Le Bassin d’Arcachon présente l’ensemble des caractéristiques qui justifient la création d’un parc naturel marin : un écosystème remarquable et un usage économique de cette richesse». 
Dès lors que le processus est lancé, une première phase de dialogue de deux ans « avec l’ensemble des acteurs du Bassin d’Arcachon » sera engagée : « Nous ne sommes pas là pour interdire, mais pour proposer un outil de concertation afin de mieux organiser les usages et permettre une réflexion commune sur les zones à protéger. En créant ce type de dispositif, l’Etat accepte de partager les décisions qui concernent le milieu maritime tout en prenant ses responsabilités financières et c’est une première ! ». En janvier dernier, élus et professionnels se sont retrouvés en Bretagne pour découvrir le fonctionnement du parc naturel de la mer d’Iroise, le seul existant à ce jour en métropole. 

« Un bilan positif » 

Parmi les visiteurs, une délégation de pêcheurs : «  Nous avons rencontré nos collègues sur place. Ils disposent d’une vice-présidence du parc marin et en tirent pour le moment un bilan positif. Cela leur a permis de relancer la pêche du homard grâce à des financements. En revanche, ils ont du mal à tenir des objectifs sur trois ans comme demandé », indique Jean-Michel Labrousse, le président du Comité local des pêches d’Arcachon. Les marins pêcheurs (Arcachon compte 40 bateaux) pensent que l’initiative « est bonne à condition de ne pas constituer de réserves où la pêche serait interdite… ». 

« Il n’y a pas de pilote dans l’avion » 

Pour Jean-Charles Mauviot, directeur de la section régionale conchylicole, la création d’un parc naturel marin pourrait être une solution à des problèmes récurrents : «  Aujourd’hui, en ce qui concerne la gestion du Bassin, il n’y a pas de pilote dans l’avion ! Quand Ifremer met en évidence la présence d’un herbicide dans les eaux, les ostréiculteurs font venir les élus et que se passe-t-il ? Rien ! Les élus prennent en compte la gestion du littoral dans une certaine mesure. Dès qu’on s’éloigne de la zone des 300 mètres de compétence du maire d’une commune, le problème se complique… ». Pointé du doigt par les professionnels, le classement Natura 2000 dont bénéficie le Bassin d’Arcachon : « Dans ce dispositif de protection de l’environnement qui englobe une directive sur l’habitat et une sur la sauvegarde des espèces d’oiseaux, nos activités ne sont pas prises en compte. Ce n’est pas la même chose dans le cadre du parc naturel marin ». Jean-Charles Mauviot insiste sur «  l’urgence de créer une structure de gestion du Bassin d’Arcachon surtout lorsqu’on envisage une population de 200 000 habitants sur le pourtour à l’échéance 2030 et son lot de problèmes environnementaux liés à l’intensification des zones urbaines … ».

Sources : 
www.aires-marines.fr
www.echos-judiciaires.com

Samedi 10 Avril 2010
E. Magnon

Les communes du Bassin | Patrimoine culturel | Patrimoine naturel | Artisanat du Bassin | Excursions & visites guidées | Environnement | Autres visites | Venir & se déplacer | Livres & musique | Où loger ? | Racontez-nous votre Bassin... | Cuisine