Bassin Arcachon
bassinarcachon.

Maxime Castillo, de retour d'Hawaï. Interview


Cette fois, c'est fait ! Maxime Castillo a participé à sa toute première compétition professionnelle du circuit mondial de bodyboard. Retour sur cette formidable aventure avec Maxime "Himself".



Maxime Castillo, de retour d'Hawaï. Interview
A tout juste 16 ans, le champion de France et d'Europe 2010 (Junior) de bodyboard, Maxime Castillo, s'attaque au Tour mondial. 
Il a participé, du 15 au 25 février 2011, à l'IBA PipeLine Pro à Hawaï. 
Cette compétition est la première épreuve du championnat du monde, et c'est aussi la plus mythique, elle rassemble les meilleurs riders de la planète. 

Le jeune arcachonnais a fait grande impression... A suivre !

Nous avons profité du retour de Maxime chez lui, à Arcachon, pour lui poser quelques questions.

Propos recueillis par Céline Modolo-Réjaud

Bonjour Maxime, et félicitations pour ta belle prestation sur le Pipe. Comment se passe ton retour ?
Bien merci,  je me repose beaucoup pour me remettre du décalage horaire et j'en profite pour voir mes copains. Là, je viens de faire un foot. Et je suis aller surfé hier à la Salie.

Avec ce froid ?
Et oui, il y avait de bonnes vagues...

Revenons sur la compétition à Hawaï, tu étais entouré des meilleurs riders, tu étais aussi le plus jeune, comment as-tu vécu cette situation ?
Plutôt cool, je n'avais pas  trop de stress car je n'avais rien à perdre. Pour moi, c'était une première et j'y allais surtout pour l'expérience.  J'ai fait de nombreuses rencontres, j'ai cotoyé l'élite des bodyboarders et j'ai eu de bonnes vagues pendant mes rounds. Bref, c'était super.
Maxime Castillo, de retour d'Hawaï. Interview

Une compétition aussi importante et prestigieuse que celle là, ça se prépare comment ?
Déjà, pendant toute l'année scolaire au pôle France de Bayonne, je fais beaucoup de physique (footing, musculation, stretching). On surfe tous les jours. Avant de partir à Hawaï, on était en Australie pour s'entrainer sur de grosses vagues. Et puis, pour bien préparer le Pipeline pro, j'ai travaillé mon apnée.

Et pour le mental ?
Non, je n'ai pas vraiment de préparation mentale. J'essaie juste de bien étudier le spot avant. Ensuite, c'est au "feeling" dans l'eau.

Grace à ton classement ETB (classement Européen), tu es rentré directement au round 5 (ndlr : il y a 10 rounds en tout), peux-tu nous résumer tes rounds ?
Je suis content car j'ai eu de bonnes vagues sur mes rounds, ce qui n'était pas le cas pour l'ensemble de la compétition. Pour mon premier tour, j'ai réussi a bien prendre le pic et j'ai réalisé deux gros rollos biens décollés. J'ai fini premier de ma série.
Au round 6, je me suis retrouvé avec les 30 premiers mondiaux. J'ai aussi réalisé de belles figures, notamment deux A.R.S, mais ça n'a pas suffit. 

Qu'est ce qu'il t-a manqué pour passer ?
Certainement le bon choix des vagues et l'option à prendre. D'une manière générale, je suis plus à l'aise sur les vagues en gauche mais ce jour là, ce sont celles de droite sur Backdoor qui fonctionnaient  le mieux. J'avais beaucoup de mal à anticiper la direction des vagues, je suis parti en gauche sur Pipeline...c'était une erreur. 

Et maintenant, avec le recul, que retires-tu de cette expérience ?
Il faut que je m'entraine encore plus ! Je dois travailler les vagues en droite et il faut aussi que je développe davantage de figures pour pouvoir varier.
Maxime Castillo, de retour d'Hawaï. Interview

Fais nous rêver un peu, tu es resté presque un mois sur l'île, que faisais-tu en dehors de la compétition ?
J'ai été assez surpris mais il n'y a rien à faire au North Shore ! 
Il y a une grande avenue avec, à droite tous les spots de surf côte à côte, et à gauche la végétation. 
La grande ville est à 1h30.
J'ai fait du surf tous les jours, du vélo, un peu de tennis, 1 ou 2 fêtes et c'est tout !

Depuis le début, tu es fidèle à la marque de planches arcachonnaise MILK, peux-tu nous donner les caractéristiques de ta planche ?
D'abord, MILK est une des rares marques à faire de petites planches . La mienne est une 36.5. C'est une planche sur mesure. Milk m'implique dans la conception des planches, je donne mon avis et je peux demander des modifications, je les fais évoluer.

Il y avait quoi dans ton quiver pour Hawaï ?
Un grand classique : 2 planches, une plus grande et plus rigide que l'autre. 2 paires de palmes, 2 leashes, 2 shorty... rien de particulier mais tout en double !
Maxime Castillo, de retour d'Hawaï. Interview

Quels sont tes projets pour la suite de la saison ?
J'aimerais faire d'autres épreuves du circuit mondial mais ça va dépendre du budget. 
Je vais aussi suivre le championnat européen et le championnat de France. je vais travailler cet été pour pouvoir faire le plus d'étapes possible.

Tu repars quand à Bayonne ?
Lundi ! ( gros soupir de Maxime)

Tu n'as pas pris trop de retard dans tes cours avec la compétition ?
Pas trop car ils m'ont fait suivre le programme et les devoirs. L'avantage avec le pôle France, c'est que tout est adapté pour ce genre de situation.

Dernière question, seras-tu présent le mois prochain (17 et 18 avril) à l'étape de la coupe de France à la Salie, sur ton "Home spot" ?
Oui, bien sûr !
Maxime Castillo, de retour d'Hawaï. Interview



Photos non marquées : Ocean Roots Surf School

Samedi 5 Mars 2011
Céline Modolo-Réjaud

Evènements glisse | Shopping glisse | Les pros de la glisse | Portraits