Bassin Arcachon
bassinarcachon.

8e Perles de BD, rencontre avec MAKMA


A l'occasion du salon annuel de la BD du Teich, nous avons rencontré Edmond Tourriol scénariste et co-fondateur du studio girondin de bandes dessinées MAKMA, bien implanté sur la scène internationale.



MAKMA studio (© Céline Modolo-Réjaud)
MAKMA studio (© Céline Modolo-Réjaud)

Propos recueillis par Céline Modolo-Réjaud

Pouvez-vous nous raconter l'histoire de MAKMA ?
Le studio existe depuis 2001. Au départ, on était une  bande d'amateurs qui fabriquait des fanzines de comics super héros. On jouait à être des pros !
Puis nous avons sauté le pas et sur la bande, deux sont restés : Stephan Boschat et moi.
Aujourd'hui, nous travaillons avec une trentaine de collaborateurs, dont une dizaine en exclu pour MAKMA.
Notre vocation est de raconter des histoires.

Est-ce que c'est facile de fonder un studio de bandes dessinées ?
Disons qu'il faut savoir rebondir !
Au début, notre idée était de faire de la création pure, mais nous nous sommes vite rendu compte que ce n'était pas viable. J'ai toujours été passionné par l'univers du comics et en cotoyant les professionnels, je suis devenu traducteur des plus grands comics américains. Aujourd'hui, la traduction est devenue le revenu principal du studio avec, une autre activé importante, le lettrage des BD. 
 
Comment ressentez-vous le marché de la BD aujourd'hui ?
La crise de la BD n'impacte pas le lettrage et la traduction. Par contre, il est plus difficile de devenir un nouvel auteur de BD.

Dédicace sur le stand au salon Perles de BD du Teich
Dédicace sur le stand au salon Perles de BD du Teich
Quels sont vos projets ?
Au sein du studio, nous avons deux types de créations : les histoires qu'on a envie de raconter et la commande (BD de communication), plus commerciale.
Concrètement, nous avons trois projets qui nous tiennent à coeur : une BD jeunesse et deux mangas.

Peut-on en savoir un peu plus ?
La BD jeunesse  "La brigade des inventifs" est un projet  basé sur le financement participatif avec de nouveaux labels.
Les deux mangas parlent de mes deux passions, le foot et les zombies. Les deux projets sont bien avancés. Le manga de foot s'intitulera "football total", on peut dire que c'est le "Olive et Tom" français. J'envisage sa sortie pour l'Euro 2016 en France. Quant au manga de zombies "Continent des morts", le dossier est prêt et je vais pouvoir le présenter aux éditeurs dès décembre.
Une chose est sûre, que ce soit avec un financement participatif ou par le chemin classique de l'édition, je sais que ces projets aboutiront. 

Samuel Ménétrier et Edmond Tourriol
Samuel Ménétrier et Edmond Tourriol
Pourquoi faire appel au financement participatif ?
C'est nouveau pour nous, mais c'est une solution efficace pour faire éditer une histoire à laquelle nous croyons fort ! Aujourd'hui la communauté participative des amateurs de BD est très forte. Nous apportons un projet clé en main aux éditeurs qu'ils ne peuvent pas refuser !

Pourquoi des mangas ?
Nous faisons du manga depuis 2007, nous avons commencé chez les Humanoïdes associés. Le choix du manga est le plus polyvalent. Avec ce format, on n'est pas limité dans la création. Il y a une grande liberté sur la taille et le nombre des cases ce qui n'est pas le cas dans la BD Franco-Belge. De plus, il est facile à financer, il a un faible coût de création (noir&blanc, papier de qualité moyenne) et il se vend bien. C'est très intéressant techniquement et financièrement.

C'est la première fois que vous participez à ce salon ?
Non, c'est la deuxième !  On participe à beaucoup de salons, mais ce qu'on apprécie ici, c'est la proximité avec les lecteurs, la possibilité d'échanger sur notre travail et sur les goûts de chacun. C'est toujours un bon moment !

Suivez l'actualité du studio MAKMA sur leur site http://www.makma.com/

Lundi 17 Novembre 2014
Céline Modolo-Réjaud

Sorties | Manifestations culturelles | Manifestations sportives | Activités & équipements de loisirs | Concerts & musique | Casinos | Discothèques - clubs | Cinéma | Expositions | Autres manifestations